Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Saint Joseph

7 mars 2018

 Patron de l’Eglise universelle

Ce 19 Mars l’Eglise catholique fête saint Joseph. Il est pour nous un exemple tout particulier de sainteté puisqu’il a été appelé par Dieu à une mission unique : être le père adoptif de Jésus le Sauveur du monde. Pour entrer dans cette vie de Joseph j’ai relu l’Exhortation apostolique de saint Jean-Paul II, Redemptoris Custos (Le gardien du Rédempteur) publiée le 15 août 1989, de laquelle je tire ces quelques réflexions.

vie_du_diocese.jpgJoseph s’inscrit pleinement dans la lignée du roi David. Au début de l’évangile de saint Matthieu est présentée la généalogie de Jésus (Matthieu 1, 1-17) et joseph est montré comme descendant de David mais non comme père de Jésus : « Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle naquit Jésus que l’on appelle Christ » (Matthieu 1, 16). Mais il faut se rappeler qu’il y a dans l’Histoire d’Israël un illustre Joseph, fils de Jacob, fils d’Isaac. Nous sommes au temps des « Patriarches » et le livre de la Genèse rapporte ces évènements. Du chapitre 37 au chapitre 50 de la Genèse c’est l’histoire de Joseph qui, vendu par ses frères se retrouvera en Egypte et deviendra le bras droit de Pharaon, son premier ministre tout puissant. Il fera venir en Egypte son père Jacob et toute sa famille. Ce Joseph préfigure le Christ et Joseph, l’époux de Marie est, comme lui, descendant d’Abraham. Comme Joseph l’intendant de Pharaon il sera toute sa vie fidèle à Dieu, il sera compté parmi ceux qui sont « justes » devant le Seigneur parce qu’ils font la volonté de Dieu. Ils sont ainsi des « saints » au sens où ils servent le Seigneur dans la confiance et l’obéissance. Saint Matthieu écrit « Joseph qui était un homme juste » (Matthieu 1, 19). Le peu qui est dit de lui dans l’évangile de saint Matthieu et dans l’évangile de saint Luc évoque un homme discret, silencieux, qui « écoute la Parole de Dieu et la met en pratique » (Luc 11, 28)

Joseph a un métier : il est charpentier à Nazareth. Ce n’est donc pas un grand de ce monde ni non plus un « moins que rien ». Il est un honnête artisan dont le métier est reconnu et estimé. On pourrait dire dans le langage d’aujourd’hui qu’il fait partie des classes moyennes. Il doit épouser Marie mais ils n’ont pas encore vécu ensemble (Matthieu 1, 18-25). C’est alors que cet homme jeune et aimant va devoir accueillir le plan de Dieu et le faire sien selon sa disponibilité de cœur : « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ».

Joseph époux et père
La surprise est grande de savoir Marie enceinte alors qu’ils ne vivent pas ensemble. Aussi faut-il le songe dans lequel se manifeste l’ange de Dieu pour faire que Joseph pourra accepter l’annonce que Marie porte en elle le Fils de Dieu et que, lui, Joseph, créature humaine marquée par le péché, par son mariage avec Marie devient le « père adoptif » de cet enfant. Dieu le reconnaît comme l’époux de Marie et donc lui donne la mission de veiller sur Marie et sur l’enfant. Il est chargé de respecter la maternité divine de la Vierge (Luc 1,27) puisqu’elle « ne connaît point d’homme » (Luc 1,34). Il est chargé de nommer l’enfant qui va naître : « tu l’appelleras du nom de Jésus » (Matthieu 1, 21). Joseph « fit ce que l’Ange du Seigneur lui avait prescrit » (Matthieu 1, 24).
Il sera donc celui qui veille sur l’Enfant-Jésus et qui l’élèvera, il veillera avec amour autant sur son épouse que sur l’enfant. Il est pour cela reconnu comme le modèle des pères de famille (et des époux !). Il pourrait être aussi reconnu comme le modèle des évêques car les « épiscopes » veillent sur le peuple de Dieu qui leur est confié. Leur mission est de faire grandir au nom du Christ. La tâche de Joseph est capitale puisqu’il vit en communion avec la Vierge Marie dans une relation d’amour qui se porte vers l’enfant Jésus et qui fait de cette famille la « sainte famille ». Joseph et Marie ont prié avec Jésus, Joseph l’a introduit à la synagogue de Nazareth, lui a appris le métier de charpentier, lui a transmis son savoir. Il est le garant de l’Incarnation de Jésus, « homme au milieu des hommes ». C’est pourquoi, fait remarquer le pape Jean-Paul II ((Redemporis Custos n°24), « ce que dit Marie au jeune Jésus dans le Temple, « Ton père et moi nous te cherchions », trouve son sens profond dans l’Incarnation ». Joseph a réellement vécu pleinement et humainement sa paternité, il a approfondi ce don et l’a habité.

Joseph homme de contemplation
Beaucoup ont souligné le silence de Joseph. Il n’a effectivement pas parlé mais il a montré que ses actions venaient de l’écoute de la Parole de Dieu. Joseph était en contact permanent avec le « Verbe fait chair ». Comment penser qu’il n’en vivait pas ? La soumission à Dieu, la volonté de faire sa volonté, la prière et le service occupaient son cœur en même temps qu’il travaillait : il est bien un contemplatif actif ! Si au XIXe siècle le bienheureux Pie IX le déclare « Patron de l’Eglise universelle » c’est pour que tous les membres de l’Eglise quelle que soit leur vocation trouvent en lui l’accomplissement des vertus évangéliques.
 signature mgr ginoux.jpg

<< Go back to list