Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Relais paroissiaux

27 juin 2018

Au service d’une Eglise ouverte

On les appelle relais ou référents paroissiaux. Ces bénévoles assurent une présence d’Eglise discrète mais indispensable dans des villages souvent éloignés du clocher principal d’un ensemble paroissial.

Depuis de nombreuses années, le paysage de l’Eglise diocésaine évolue avec, en particulier, l’agrandissement des ensembles paroissiaux dû en partie à la diminution du nombre de prêtres. Il suffit de compter le nombre de clochers par ensemble paroissial pour avoir une idée de cette nouvelle donne. La question de la proximité se pose alors, à la fois pour les responsables pastoraux mais également pour la population locale. Chercher le nom et les coordonnées de sa paroisse peut s’avérer un véritable casse-tête, en particulier pour lesvie_du_diocese.jpg personnes un peu ou très éloignées de l’Eglise et mal informées de son fonctionnement. La proximité est de fait un véritable enjeu ecclésial aujourd’hui et elle ne peut plus reposer sur le prêtre seul. Bien sûr le curé appelle des collaborateurs pour porter la charge pastorale avec lui : équipe pastorale, conseils, équipes de préparation aux sacrements, accompagnateurs de familles en deuil. Mais il est essentiel de penser aussi aux villages et paroisses plus éloignés pour rejoindre les habitants sur leur lieu de vie et être à l'écoute des besoins de la population. Tel est le cas dans l’ensemble paroissial de Castelsarrasin, comme l’explique l’abbé Raymond Fauré : « Dans chacune des communes de l’ensemble paroissial, une ou plusieurs personnes jouent le rôle de « relais » paroissial. Elles y habitent le plus souvent depuis longtemps et y sont donc connues, du moins des gens de leur génération. Ce sont des paroissiens engagés dans la vie de la communauté locale où elles rendent de précieux services. Elles sont contactées par exemple par des parents qui cherchent à s’informer de la démarche à suivre pour le baptême de leur enfant, le catéchisme, ou bien par des familles en deuil pour les funérailles d’un des leurs. Elles participent à la préparation et à l’animation des funérailles. Elles sont chargées d’afficher sur les portes des églises les horaires des messes ainsi que les autres informations paroissiales. Elles font partie des conseils pastoraux locaux où se travaillent les projets proposés par l’équipe pastorale. »

Proximité et présence

Francine Raffin est relais pour le village de Castelferrus depuis une douzaine d’années et également membre de l’équipe pastorale. Elle a connu les différentes phases d’élargissement du secteur et pointe l’importance de garder une présence dans les villages :
« Il y a 12 ans, j’étais au service de ma paroisse de Castelferrus qui a ensuite été rattachée à Saint-Nicolas de la Grave puis à l’ensemble paroissial de Castelsarrasin. Je continue ce rôle de relais car il faut garder des liens avec la population. Les gens s’adressent à nous pour toute sorte de renseignement. C’est d’autant plus facile quand on est très connu dans le village. Souvent les gens de ma génération participent aux activités communales et nous fréquentons des lieux comme le club du 3e âge. Tout cela crée des liens avec la population. »
Eliane Laporte est relais depuis le début des années 2000, appelée par l’abbé Tabarly, alors curé de Saint-Nicolas de la Grave. Elle note aujourd’hui une évolution de la population : « Nous sommes à peine 250 habitants à Saint-Michel et il y a encore quelques années je connaissais tout le monde. A présent nous voyons arriver de jeunes familles ainsi que de nombreux travailleurs saisonniers. Je me rends compte que la relation est plus compliquée car je ne les connais pas et vice versa. Nous devons prendre en compte cette nouvelle donne pour continuer à rendre un service comme le nôtre. »
Christiane Magro est relais à Castelmayran depuis deux ans seulement et y trouve beaucoup d’intérêt : « J’aime ces contacts, renseigner les gens, les écouter. Nous sommes créateurs de liens entre les habitants et l’ensemble paroissial. Les gens ne me connaissent pas forcément mais ce n’est pas vraiment un problème, ils trouvent mes coordonnées à la mairie ou sur le site de l’ensemble paroissial. »

La force du travail d’équipe

A Verdun-sur-Garonne aussi, on trouve un dispositif similaire si ce n’est qu’on parle ici de référents paroissiaux. Des équipes existent depuis longtemps, soutenues par des bénévoles soucieux de les coordonner et les soutenir. Mais il fallait redéfinir clairement leur mission et revoir leur composition. Ce fut le souhait de l’abbé Konguéndé à son arrivée comme administrateur en 2016. Sur chaque village existe donc actuellement une équipe composée d’un référent et deux adjoints. Maïté Chesnais a ainsi été appelée comme référente sur Verdun-sur-Garonne avec aussi la responsabilité de coordonner les équipes des villages de la rive gauche en lien avec Jean-Claude Terrieux pour la rive droite. Récemment ils ont réuni tous les bénévoles pour redéfinir leur rôle : « Le référent est un relais dans son village, il fait le lien entre les paroissiens, les habitants, la mairie et le curé. Il est le personnage visible de l’Eglise, le gardien du clocher, il a le « pouvoir des clés ». Il veille à garder l’église ouverte ce qui est très important car le regroupement des clochers met en danger les églises les plus fragiles d’où la nécessité de devenir des veilleurs. Il faut permettre à chaque clocher d’avoir une vitalité chrétienne. Le référent a le souci de fédérer la communauté. » Conscients de l’importance de cette mission de proximité, le groupe a décidé de se retrouver régulièrement pour faire le point.

                                                                                            S. Bégasse
 

<< Go back to list