Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Vie consacrée

9 mars 2017
Vie consacrée

La diversité des âges, des charismes et des origines fait la richesse de la vie religieuse

Des hommes et des femmes de la rencontre

Le jeudi 2 février avait lieu la journée de la vie consacrée, lancée en 1997 par saint Jean-Paul II. A cette occasion, Mgr Ginoux a invité les religieux, religieuses et laïcs consacrés à une rencontre pour un temps d’action de grâce, d’échange et de convivialité.

Lors de la première journée de la vie consacrée, Jean-Paul II plaçait cet évènement en premier lieu sous le signe de l’action de grâce « parce qu’il est beau et juste de remercier le Seigneur pour le grand don de la vie consacrée qui enrichit et réjouit l’Eglise par la multiplicité des charismes et le dévouement de tant de vies vie_du_diocese.jpgtotalement données au Seigneur et aux frères. » Ainsi, ce 2 février, en l’église Saint-Etienne de Sapiac, la rencontre des représentants des différentes communautés religieuses du diocèse ainsi que deux laïcs consacrés, Jacques de Colonges et Christian Mierzwiak, commençait par l’eucharistie présidée par Mgr Ginoux avec, à ses côtés, les abbés Laurent Bonhomme et Daniel Séguy. Pour sœur Marie du Carmel, de la congrégation de l’Ange Gardien, « cette messe a été le temps le plus fort de la journée par la Parole qui nous a été donnée, par les chants, la prière universelle qui ouvrait notre cœur aux dimensions du monde. » Au cours de cette messe de ce jour, tous ont pu porter dans leur prière sœur Amélie, décédée le matin même à la maison de retraite de l’Ange Gardien, jour anniversaire de sa première profession religieuse et au terme de 65 ans de fidélité au service du Seigneur.La fidélité, ferment de la vie consacrée, condition essentielle pour une vie donnée. Sœur Romana, carmélite missionnaire, y voit un véritable témoignage: « Nos sœurs les plus âgées sont pour nous très précieuses. Les plus jeunes ont besoin de ce témoignage de continuité et de persévérance dans la prière. Le feu de la vie spirituelle brûle encore en elles. »

Diversité
Cette proximité des différents âges était d’ailleurs remarquable ce 2 février. Après la messe, réunis autour de Mgr Ginoux pour un temps d’échange, on pouvait constater la présence côte à côte de plusieurs générations. En effet, si les plus anciennes congrégations présentes dans le diocèse sont à présent vieillissantes, d’autres, comme la Miséricorde de Moissac, accueillent des frères et sœurs plus jeunes, pour la plupart venus d’autres continents. Cette diversité des origines géographiques est aujourd’hui une autre caractéristique du paysage religieux dans le diocèse et l’accueil de congrégations étrangères a été évoqué par Mgr Ginoux au cours de la rencontre. Sœur Romana, elle-même espagnole et présente au sanctuaire de Livron depuis 1993, se réjouit de l’arrivée de religieux venus d’ailleurs : « Si vous regardez nos communautés ici, dans le diocèse, il y a presque plus d’étrangers à présent et pour moi c’est une bonne chose, nos différences sont une richesse. Même si ce n’est pas toujours facile de s’adapter à une autre culture. Mais nous, religieuses, avons la chance de vivre en communauté, c’est sans doute plus difficile pour les prêtresétrangers qui se retrouvent parfois un peu isolés. »

Vocation
Sœur Nga a prononcé ses vœux perpétuels il y a deux ans au sein de la Congrégation des sœurs de la Miséricorde de Moissac où elle vit désormais entourée de sœurs françaises, malgaches, une diversité qu’elle perçoit comme une chance : « Avant d’être vietnamienne, je suisreligieuse avant tout. Je me suis adaptée à cette nouvelle culture et pour moi le plus important aujourd’hui ce sont les relations fraternelles avec mes sœurs, qu’elles soient françaises, malgaches. Ce qui est premier ce n’est pas notre origine, c’est de vivre le même appel du Christ, c’est cela qui nous unit. » Une fraternité quela jeune religieuse de 32 ans vit également dans son service auprès des sœurs âgées : « Je suis heureuse de prendre soin d’elles, j’essaie de leur apporter le meilleur avec le sourire, la joie et le respect et même si ce n’est pas toujours facile, cela correspond à un appel, une vocation. Elles sont dans la confiance vis-à-vis de Dieu, des autres, de moi et c’est un témoignage précieux pour moi. J’ai aimé pour cela les échanges avec des sœurs plus âgées au cours de notre rencontre du 2 février. » Une journée qu’elle a vécu comme une richesse, une belle occasion de se connaitre, de s’écouter, de découvrir d’autres charismes. Sœur Romana en est également persuadée, les consacrés sont des hommes et des femmes de la rencontre : « Pour moi c’est une évidence. Nous avons personnellement fait une rencontre avec le Christ et nous sommes également au service de la rencontre, avec Dieu, avec les autres. Nous avons la chance de la vivre ici, au sanctuaire, en recevant quotidiennement des gens très divers. L’accueil, l’écoute, le témoignage, tout cela correspond profondément à notre vocation. »

                                                                                        S. Bégasse
 

<< Go back to list