Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Une parole pour aujourd’hui

7 mai 2017
Une parole pour aujourd’hui

Georgette Blaquière, femme, mère et théologienne.

  Georgette Blaquière

Une association dédiée aux enseignements et à l’œuvre de Georgette Blaquière a vu le jour récemment. Pour sa fille, Cécile Revol-Buisson, ce que cette théologienne reconnue a apporté à l’Eglise est toujours à découvrir.

Avant toutes choses, pouvez-vous nous redire qui était votre mère, Georgette Blaquière ?
Elle est née en 1921 et a d’abord été professeur de lettres classiques. Avec mon père, elle s’est engagée vie_du_diocese.jpgdans les Fraternités séculières Charles de Foucauld. Au début des années 70, elle a découvert le Renouveau charismatique qui l’a fortement impressionnée. Elle disait y avoir vécu une seconde naissance ! Elle a alors poursuiviune formation théologique commencée très tôt pendant la Guerre à l’Institut catholique de Toulouse et progressivement est devenue une théologienne de référence dans le Renouveau. Elle est connue également pour avoir développé une théologie de la femme, notamment avec son livre « La grâce d’être femme », publié en 1981 et qui reste un ouvrage de référence. Après le décès de mon père, alors qu’il n’était âgé que de 60 ans, elle est devenue veuve consacrée. Par la suite, son ministère d'enseignement a été particulièrement reconnu dans l'Église. Elle s’est éteinte à la maison de retraite de l’Ange Gardien à Montauban en novembre 2012. Deux évêques, Michel Santier et Joseph Boishu, présidaient ses obsèques. Et ce sont eux qui, quelques temps plus tard, ont souhaité que soient remis en valeur et connus tous ces enseignements, que ne soit pas perdu ce « trésor inexploité ».

Ce fut le point de départ de cette association « Les Amis de Georgette Blaquière » ?
Tout à fait. Notre objectif est de promouvoir ses écrits et faire connaitre ses enseignements, ses prédications. Le travail d’archivage est commencé mais la tâche est immense, nous n’en sommes qu’au début.

Selon vous, qu’est-ce que ces textes, ces paroles peuvent apporter aujourd’hui et à qui?
Ma mère avait un charisme étonnant d’enseignement sur des sujets très divers comme la femme, le couple, la vie dans l’Esprit, les charismes... Elle s’adressait à des publics très variés, des laïcs, des prêtres, des communautés nouvelles mais savait également faire passer des choses à des gens très simples. C’est ce génie des phrases, des expressions que nous souhaitons léguer, partager et nous avons déjà reçu des demandes de la part de groupes de formation permanente. Sa pensée, ses paroles sont très actuelles et peuvent encore toucher, c’est notre conviction et celle de tous ceux qui constituent le comité d’honneur de l’association, parmi euxMgr Ginoux ainsi que d’autres évêques. Ce qui montre que Georgette Blaquière est une théologienne reconnue par l’Eglise.

Bibliographie de Georgette Blaquière

+La grâce d'être femme, éditions Saint-Paul, 1981
+L'Évangile de Marie, éditions des Béatitudes, 1986
+Prêtre pour l'Amour de Jésus et de l'Evangile, éditions du Lion de Juda, 1990
+Pentecôte, c'est aujourd'hui : la grâce propre des groupes de prière du Renouveau charismatique, éditions du Lion de Juda, 1991
+À la louange de sa gloire, éditions Pneumathèque, 1993
+Oser vivre l'amour, éditions des Béatitudes, 1994
+Ouvriers du désir de Dieu,Desclée de Brouwer, 1997
+Femmes, selon le cœur de Dieu, éditions +Saint-Paul, 1999
+Jésus-Christ, un dieu scandaleux, éditions des +Béatitudes, 2005
+Une culture de Pentecôte : libres propos sur le renouveau charismatique, éditions des Béatitudes, 2007

Contacts :
06 70 15 34 78
lesamisdegb[nospam]gmail.com
www.lesamisdegeorgetteblaquiere.fr (en construction)

Derrière votre démarche, on sent un désir de transmission. En tant que fille, qu’avez-vous reçu d’elle ?
Avant d’être une grande théologienne, Georgette Blaquière était avant tout notre mère et nous avions forcément des rapports mère-filles communs à beaucoup de familles. Mais je lui dois beaucoup sur le plan de la foi. Je peux dire qu’elle m’a formée spirituellement, avec son style de pensée si particulier, unique. Elle m’a transmis la passion de la Parole de Dieu et c’est pourquoi je suis convaincue qu’elle peut toucher les chercheurs de Dieu d’aujourd’hui.

En 2013, au retour du rassemblement Diaconia à Lourdes, a été créée la « Fraternité Georgette » à Montauban, avec le soutien de Mgr Ginoux et du curé de la Cathédrale. Ce nom fait directement référence à Georgette Blaquière. Pouvez-vous nous expliquer ce lien ?
Ma mère avait le charisme de la parole mais n’en oubliait pas les actes pour autant. Elle-même a pratiqué l’accueil toute sa vie, sa porte était toujours ouverte pour les petits, les « paumés ». Cet accueil, elle le mettait également en pratique dans l’accompagnement. Elle croyait énormément aux petites communautés fraternelles, signes d’une évangélisation de proximité. « Il faut sauver la vie, sauver l’amour », disait-elle. Marie-José Pélissier, qui est à l’origine de la « Fraternité Georgette », a été très présente auprès de ma mère à la fin de sa vie. Elle dit en avoir reçu le goût des pauvres. Georgette Blaquière a ainsi été une théologienne en paroles et en actes et c’est ce que notre association veut continuer à mettre à la portée de tous.


                                                                           Propos recueillis par S. Bégasse

 

<< Go back to list