Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Du nouveau pour l'Enseignement catholique

25 septembre 2017
Du nouveau pour l'Enseignement catholique

Les directeurs d’établissements ont pris connaissance de nouveaux dispositifs au cours de leur journée de rentrée

 

Charles Hervier, nouveau directeur diocésain de l’Enseignement catholique
 

Charles Hervier est, depuis cette rentrée, directeur diocésain de l’Enseignement catholique en Tarn-et-Garonne. Cette direction rejoint celle de Toulouse et de Pamiers. Si l’organisation et le lien avec les établissements se renouvellent, la visée de l’Enseignement reste toujours la même, accueillir chaque enfant, le faire grandir à la lumière de l’Evangile.

Fin juin, au cours d’une messe d’envoi, Mgr Ginoux vous remettait votre lettre de mission en tant que directeur diocésain de l’Enseignement catholique. Pouvez-vous nous dire quel a été votre parcours jusque-là et vos liens avec l’école catholique?
Ma première expérience de l'Enseignement catholique est celle d'élève puisque je suis entré dans l'école catholique, en petite section de maternelle à Blois, et l'ai quitté après un cursus en classe Prépa à Paris... Pour le retrouver un peu plus tard comme enseignant, d'abord dans le réseau agricole puis comme chef d'établissement pendant 14 ans. Mais je suis également parent d’élève puisque nos trois enfants sont scolarisés dans l'Enseignement catholique.
Et qu’en est-il de votre expérience de directeur diocésain ?
Mgr Le Gall, archevêque de Toulouse, et Mgr Mousset, évêque de Pamiers, m'ont confié en 2012 la mission de directeur diocésain de leurs diocèses respectifs. Et maintenant s’ajoute la direction diocésaine à Montauban.
Quelles sont vos convictions profondes concernant l’Enseignement catholique?
Ma mission est très variée mais si je devais en sortir trois axes récurrents, je crois que ce serait les suivants. D’abord conjuguer singularité, esprit d'initiative des établissements et unité - cohérence – bien - commun de l'Enseignement catholique du diocèse. Ensuite, faire que nos établissements, non seulement annoncent la Bonne Nouvelle de l'Evangile, mais l'incarnent, en vivent, en témoignent. Enfin, il me semble indispensable de renforcer la dimension éducative de nos écoles : éducation et instruction ne peuvent être dissociées.
Comme vous venez de le souligner, la direction diocésaine de Montauban rejoint celles de Toulouse et Pamiers, ce qui représente un assez grand territoire. Que pouvez-vous nous dire de l'organisation?
L'idée développée par la « Prospective » que nous avons menée en 2014, 2015 et 2016 était de parvenir à mutualiser un certain nombre de services pour que tous les établissements de notre académie puissent avoir accès à des services jusqu'alors disponibles dans les seuls diocèses de taille conséquente. Notre évêque, Mgr Ginoux, a été lui-même moteur dans cette approche "mutualiste" et l'objectif est donc de mettre en commun des services aux établissements qui n'existaient pas : culture numérique, insertion et décrochage scolaire, orientation, psychologie, pôle "troubles dys" (dyscalculie, dyslexie…), etc.
Comment se fait le lien avec les différents établissements?
Le lien de proximité est effectivement essentiel et François Reichert, qui est à mes côtés et dont le bureau se trouve à la Maison diocésaine de Montauban, travaille au plus près des établissements de Tarn-et-Garonne.
Une journée avec les directeurs d’établissements a eu lieu fin août. Quels en étaient les objectifs?
Nous avons en effet organisé une journée de pré-rentrée le 25 août dernier. L'objectif était d'une part de se connaître entre nous, de faire connaître aussi les services de la DDEC que je viens de vous citer et qui sont désormais mobilisables par les établissements de Tarn-et-Garonne. Cette présentation s’est faite à travers une séance de speed dating dynamique, en plus évidemment des informations diverses, de mise en début d'année. La journée a aussi été marquée par une messe célébrée par notre évêque au cours de laquelle les nouveaux chefs d'établissement ont reçu leur lettre de mission.
Vous avez fait connaissance des équipes enseignantes de Tarn-et-Garonne. Comment percevez-vous l'Enseignement catholique dans ce département?
Je le perçois soudé et volontaire, professionnel. Je sens ici les établissements catholiques attentifs à leur mission d'Eglise, conscients des enjeux et de la grâce dont ils sont dépositaires ; les témoins sont nombreux, plus qu'on le croit.
C’est une nouvelle organisation qui commence donc. Comment s’annoncent les mois à venir ?
L’année va d'abord être consacrée à se connaître, à se reconnaître, à vivre les mutualisations attendues. Nos établissements vont aussi devoir repenser leur modèle économique compte-tenu de la suppression des emplois aidés : comment conserver des comptabilités équilibrées ? Comment rester ouverts à tous ? Car là réside bien notre mission essentielle : accueillir chaque enfant tel qu'il est, d'où qu'il vienne, pour le faire grandir intellectuellement, sportivement, socialement, humainement et pour le faire grandir spirituellement, dans la lumière du Christ.
 

Propos recueillis par S. Bégasse
 

<< Go back to list