Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Mouvement chrétien des retraités

11 mai 2017
Mouvement chrétien des retraités

Écouter, méditer et marcher à petits pas.

Prière à petits pas

Le Mouvement chrétien des retraités a proposé le jeudi 20 avril une « prière à petits pas » à Bouillac. Une journée spirituelle dont les propositions faisaient référence aux orientations diocésaines. Monique Boscredon, qui fait partie du bureau diocésain explique cette démarche.

Comment s’est déroulée cette journée ?
Monique Boscredon :Très bien ! ce n’est pas la première fois que nous proposons de prier à petits pas au MCR (Mouvement chrétien des retraités). Nous étions plus de soixante-dix à nous retrouver à Bouillac, à la salle des fêtes qui est en contrebas de l’église. De là, après un temps d’accueil, nous nous sommes répartis en cinq groupes et avions à faire cinq étapes dont la dernière était à l’Eglise en grand groupe, vie_du_diocese.jpgavant la messe. Chacune des étapes était illustrée par une orientation diocésaine qui était lue, ensuite nous écoutions la Parole de Dieu, une parole du pape François et terminions avec la prière à Marie, en fait nous récitions une dizaine de chapelets. Chaque groupe était accompagné d’un aumônier et allait à la rencontre d’un « point » dans le village où était développé un point particulier par un animateur.

Avez-vous beaucoup marché ?
Non… Nous devons tenir compte de nos membres qui ont du mal à se déplacer… C’est pourquoi nous n’avons fait guère plus de 800 mètres. C’est vraiment une prière à petits pas ! Le but est d’écouter la Parole de Dieu et les autres textes et de les méditer intérieurement. Il n’y a pas d’échange à proprement parler. C’est aussi un temps convivial, un temps d’amitié qui se prolonge après la messe avec le repas et l’après-midi par une visite touristique. Nous sommes alléssur le site de Grand Selve, une abbaye démantelée à la Révolution.

Finalement, quel est l’objectif de cette proposition ?
C’est une journée d’amitié comme nous en avons plusieurs fois par an. L’objectif c’est de favoriser un temps méditatif dans une démarche individuelle, avec la possibilité de reprendre les différents apports chez soi. Cette année, c’était aussi l’occasion de mieux faire connaitre les orientations diocésaines et de les illustrer par les paroles du pape François. « Prier à petits pas » complète bien ce que nous pouvons vivre dans les équipes du MCR. Il ya toujours au programme une part de réflexion, un partage dans une ambiance fraternelle. La journée à Bouillac permettait aussi de rencontrer d’autres personnes. Les participants étaient satisfaits de cette journée, ce sont en tous cas les échos que j’en ai eu. On espère aussi que c’est l’occasion pour des personnes invitées à cette journée de rejoindre par la suite notre mouvement. Nous devons nous renouveler.

Comment s’organise votre mouvement ?
Il y a environ une dizaine de groupes dans le département. Chaque groupe se retrouve tous les mois et suit un livret proposé par la structure nationale. Il y a ensuite des temps diocésains comme la prière à petits pas en avril, la journée festive en juin, une journée de rentrée incluse dans la semaine mariale de Notre-Dame de Livron début septembre et aussi une recollection en octobre-novembre.

                                                                          Propos recueillis par JF Laparre
 

Trois des cinq orientations proposées à la méditation par l’abbé Michel Bodin

Accueillir : une communion vécue dans la fraternité

Pour évangéliser, les disciples partent d’une communion vécue entre eux et avec le Christ. L’évangélisation fait naître une communion de personnes et de communautés. Dans l’accueil et la fraternité se joue une dimension prophétique de l’Eglise. Alors que notre monde souffre de rupture sociale où les plus pauvres sont exclus, où beaucoup sont enfermés dans leur solitude, une communauté paroissiale se fait lieu d’accueil et de dialogue. Elle cherche à rejoindre ceux qui sont loin et n’osent pas entrer parce qu’ils sont déçus ou qu’ils n’attendent plus rien. L’accueil et la fraternité sont des voies pour donner ou redonner le goût de la foi

Annoncer la Bonne Nouvelle

Le fondement de l’annonce de la Bonne Nouvelle est le partage de la foi. L’Eglise est présente au monde pour offrir une amitié personnelle avec le Seigneur Jésus.
Dans le contenu de l’annonce apparaissent trois étapes : le témoignage, l’annonce du kérigme (annonce de la mort et de la résurrection de Jésus de Nazareth, Fils de Dieu qui a donné sa vie pour obtenir aux hommes le pardon des péchés et la vie éternelle) et enfin l’expérience directe du Christ.
Pour annoncer la Bonne Nouvelle nous devons partir de notre expérience personnelle du Christ pour partager notre joie de croire avec ceux vers qui nous sommes envoyés. Il s’agit bien de témoigner de la joie de l’Evangile. Une annonce de l’Evangile sans joie est stérile

Travailler à la croissance du Corps du Christ

Il s’agit de la croissance du Corps du Christ dont nous sommes les serviteurs. La communauté des fidèles est en croissance lorsque les dons de chacun s’exercent en communion les uns avec les autres. Car tous sont appelés à la mission, mais chacun y participe selon ses dons et sa place.
Jésus s’est adressé à tous sans exception… les apôtres se sont adressés au monde… l’Evangile est donné pour être offert à tous. La communauté paroissiale veillera à faire de tout acte religieux une occasion de catéchèse.
Une préoccupation essentielle de l’évangélisation est l’option préférentielle pour les pauvres. Nous pouvons vérifier l’authenticité d’une démarche d’évangélisation par la place accordée aux plus petits.

 

<< Go back to list