Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Lourdes Cancer Espérance

2 février 2018
Lourdes Cancer Espérance

« Ne jamais laisser une personne vivre la maladie seule. »

 Jean-Paul Vignes, nouveau délégué du mouvement

Lourdes Cancer Espérance (LCE) est un des mouvements qui constitue la pastorale de la santé. Jean-Paul Vignes qui en est le délégué depuis janvier 2018, explique comment la maladie l’a conduit à cet engagement.

Qu’est-ce qui vous a motivé pour accepter d’être délégué de LCE 82 ? Quels sont vos liens avec ce mouvement ?
Pour résumer je dirais qu’un faisceau de circonstances m’y a conduit. Tout d’abord mon épouse, Patricia, a eu un cancer et lors de son hospitalisation à Toulouse, nous avons souhaité rencontrer l’aumônier. Le père Michel Pagès, aumônier de LCE, s’est alors présenté et ce fut une rencontre lumineuse. Par la suite, Patricia est devenue trésorière du mouvement pour le Tarn-et-Garonne. Quelques temps plus tard, j’ai eu moi aussi dossier.jpgde gros soucis de santé et, dans ma souffrance, j’ai eu besoin de rencontrer un prêtre. Toutes ces épreuves m’ont montré l’importance de l’accompagnement, d’une présence. J’étais depuis longtemps engagé à Lourdes auprès des malades et mais ne pouvant plus assurer ce service, j’ai accompagné Patricia au pèlerinage de LCE en 2017. Ensuite, tout s’est enchainé : Anne-Marie Casado souhaitait mettre fin à ses cinq années comme déléguée diocésaine, une mission qu’elle a menée avec beaucoup de générosité. L’abbé Farenc, notre aumônier diocésain, m’a alors proposé de la remplacer. Juste après, nous participions au pèlerinage dont le thème était « Magnificat », ce qui m’a été droit au cœur car nous faisons partie des Equipes Notre-Dame ! J’ai dit oui car, pour moi, tout ce cheminement était un appel.

Comment voyez-vous Lourdes Cancer Espérance ?
Comme un lieu où, même malade, on peut prendre des responsabilités, être en tenue de service et pas seulement servi. A Lourdes, j’ai vu les pèlerins tout à tour déposer leurs fardeaux et être capables d’en rire. Ce mouvement invite à la compassion mais aussi à la dignité, au respect, à l’espérance et à l’accueil, ces valeurs en sont le socle. Côté pratique, nous avons la chance depuis deux ans d’être aidés par des lycéens de Beaumont. Il faudrait encore plus de bénévoles valides aux côtés des pèlerins.

Quels sont vos souhaits, vos projets en ce début de mandat ?
En tant que délégué, je serai dans la continuité de l’esprit de LCE avec la volonté de ne jamais laisser une personne vivre la maladie seule. On doit prier pour et avec ceux qui ne peuvent plus. Plus généralement, j’aimerais beaucoup pouvoir rencontrer et collaborer avec les autres mouvements qui composent la pastorale de la santé. Nous portons le même tablier de service même si nos missions sont spécifiques. D’autant que nous nous connaissons et nous apprécions pour la plupart. On voit des personnes participer aux différents pèlerinages, les bénévoles aussi. A nous aussi de mettre de la transversalité dans cette pastorale.

                                                                    Propos recueillis par S. Bégasse

RETOUR

 

 

 

<< Go back to list