Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Les équipes pastorales

3 novembre 2017
Les équipes pastorales

Les rencontres diocésaines des équipes pastorales sont l’occasion de partager et d’avancer ensemble.

 Les équipes pastorales sont maintenant bien installées sur le territoire diocésain. Elles grandissent, se renouvellent et sont le signe de la collaboration prêtres et laïcs. La rencontre diocésaine du 21 octobre était l’occasion de redire que la mission des équipes pastorales est une mission prioritaire. Marie Brissart, au terme de son mandat de responsable du service diocésain des équipes pastorales, développe cette priorité.

Marie Brissart, vous avez animé votre dernière session en tant que responsable diocésaine, quel était le thème et l’objectif de cette rencontre ?
vie_du_diocese.jpgNous avions donné comme thème : « Vivre la mission confiée ». Ces journées sont importantes et correspondent à la demande des équipes pastorales. Je crois qu’il est important de souligner que ces équipes font partie du paysage diocésain, elles sont bien installées sur le territoire et sont signe de la collaboration qui existe entre prêtres et laïcs. Pour moi, une telle collaboration est l’avenir de l’Eglise, c’est une force évangélisatrice.
Ces journées sont un temps de respiration pour les participants, elles permettent de poser son fardeau ! Le climat est studieux mais aussi détendu. Les échanges sont toujours très riches. Notre objectif est de faire comprendre à quel point la mission des équipes pastorales est une mission prioritaire qui précède les autres missions car il s’agit de gouvernance pastorale partagée. D’où la nécessité de se former, de se rencontrer et d’être présent aux deux journées, dans leur totalité, qui sont proposées tous les ans.

Pourquoi est-ce une mission prioritaire ?
Cette mission doit être connue et reconnue. Les équipes pastorales doivent être visibles, en premier lieu par un envoi liturgique. Etre en équipe, c’est aussi être en lien, en relation avec toute personne dans et hors Eglise. L’équipe pastorale est par nature communicante et place la personne au centre. Elle a une connaissance fine du territoire où s’exerce sa mission et peut ainsi déterminer un objectif prioritaire à atteindre pour mieux porter le Christ au monde, mettre les moyens humains et structurels en place pour y parvenir. Périodiquement, elle fera aussi une relecture de son action pour vérifier la pertinence des décisions prises et les avancées réalisées par rapport à l’objectif fixé. Il s’agit bien de recentrer l’exigence de la mission.

Vous parlez d’être en relation avec toute personne dans et hors Eglise, cela ne relève-t-il pas d’une « Mission impossible » ?
C’est l’Evangile qui nous le demande. Savoir repérer des personnes, les accompagner, les aider à discerner pour qu’elles soient un jour, à leur tour, envoyées, c’est bien notre mission. Je crois que l’Evangile est source de fécondité. C’est aussi un processus à engager, j’insistais tout à l’heure sur la mission prioritaire qui nous demande de ne pas tomber dans le factuel ou le ponctuel mais bien, à partir d’une vision pastorale, d’aller à l’essentiel. Les orientations diocésaines ont marqué une réelle avancée en ce sens. Attention de ne pas retomber dans le fonctionnement, le faire. Nous devons « être en sortie ». On peut être appelé dans une équipe pastorale, reconnu au titre d’une compétence particulière mais à partir du moment où l’on est dans cette équipe notre vision s’élargit et va à l’essentiel. On est aidé, il est important de laisser l’Esprit agir au travers de nos actes en partageant une vie fraternelle et la prière en commun.

Un sondage auprès des équipes pastorales, réalisé en mai 2017, a dégagé comme lignes fortes :
- la demande de deux journées de formation par an ;
- le souhait d’une service diocésain qui accompagne, écoute (avec qui on puisse partager les difficultés rencontrées) et qui informe ;
- le souhait d’un service qui peut faire le lien entre les équipes et faire partager les bonnes idées ;
- le désir d’une rencontre « terrain » par an pour chaque équipe.

Comment voyez-vous aujourd’hui ce travail de collaboration ?
Je crois que c’est un travail qui s’ouvre, il était au niveau de l’ensemble paroissial avec toutes ses composantes et voilà qu’avec la création de doyennés (Cf. BC n° 17, p 328) s’ouvre de nouvelles opportunités. Il apparait primordial pour les équipes d’un même doyenné de travailler ensemble, de mutualiser leurs efforts, de partager leurs idées afin d’être créatives et innovantes pour l’annonce de l’Evangile. Ensemble, on avance mieux et plus vite !

Vous êtes en fin de mandat, comment s’organise le service diocésain des équipes pastorales ?
Le service se renouvelle et avance tout comme les équipes. Françoise Vergnes prend la tête du service assistée de Philippe Bon et de Xavier Glinec. Cette réorganisation va reposer sur les résultats du sondage effectué auprès des équipes (Cf. encadré). Nous allons affiner les attentes, il est certain que les visites de terrain seront mises en place, ce sera l’occasion de créer encore plus de liens entre le service et les équipes pastorales.

                                                              Propos recueillis par JF Laparre

 

 

<< Go back to list