Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

La musique accompagne et rythme la vie de l’Eglise

17 juillet 2017
La musique accompagne et rythme la vie de l’Eglise

Amandine Lacroix, comme tous les membres de sa famille joue d’un instrument, elle a choisi le basson

700 ans

Dans l’organisation des 700 ans du diocèse,Amandine Lacroix est en charge de la commission « musique ». Une responsabilité qu’elle a acceptée avec enthousiasme tant elle est persuadée de l’importance de la musique dans la vie, la foi et l’Eglise.

Vous avez accepté d’organiser et de coordonner le programme musical à l’occasion des 700 ans du diocèse. Quelle place occupe la musique dans votre vie ?
Je crois pouvoir dire que j’ai toujours baigné dedans. Mes parents aimaient toutes sortes de musiques, modernes, classiques et nous en écoutions souvent. J’ai rencontré mon mari alors que nous jouions tous les deux dans un ensemble de percussions amateur dans le Jura. Sébastien était déjà musicien, moi non vie_du_diocese.jpgmais il m’a donné le goût du chant. La musique est devenue incontournable, elle est un peu le socle de notre vie de couple et de parents. Nos cinq fils ont grandi avec elle et, très tôt, tous ont choisi un instrument. Il y a 7 ans, j’ai moi aussi décidé de me lancer, je me suis inscrite au conservatoire et j’ai eu envie de jouer du basson, un instrument moins courant mais que j’aime beaucoup. Animer des célébrations, des messes en famille nous apporte du plaisir même si c’est un engagement parfois exigeant.

Pour vous, c’est une façon d’exprimer votre foi ?
Absolument. Cela s’est fait au départ presque par hasard, on nous a demandés un jour d’animer une célébration de profession de foi pour « dépanner », Sébastien et nos deux ainés avec leurs instruments et moi au chant. On y a pris goût, on a continué. En arrivant à Montauban, c’est naturellement que nous avons proposé nos services. Ce n’est pas toujours facile, il y a des habitudes bien ancrées dans les paroisses mais quand on arrive à trouver sa place, on a du bonheur à apporter ce plus aux célébrations, que ce soit la messe dominicale ou des célébrations sacramentelles.

Selon vous, que représente la musique dans l’expression de la foi ?
Je n’imagine même pas que l’Eglise puisse se passer de musique. On chantait déjà des psaumes pour parler à Dieu. Je dirais que la musique fait vivre la Parole, elle aide les croyants à l’intérioriser, à prier. Elle apporte aussi de la joie, de la vie, du rythme dans les célébrations, elle unit l’assemblée. L’Eglise est riche d’un répertoire tellement large pour dire la foi : gospels, musique sacrée, chants de Taizé ou d’autres communautés…

C’était donc normal que la musique trouve sa place dans le programme des manifestations pour les 700 ans du diocèse ?
C’est évident ! Encore une fois, la foi a toujours inspiré des artistes et ces sept siècles sont jalonnés d’œuvres musicales, dans des styles très différents selon les époques. Le sens de cet anniversaire, c’est fêter hier et préparer demain. Ce doit être le même fil rouge pour la musique. Bien sûr, il y a l’orgue, les chœurs, la musique sacrée mais pas seulement. Il faut essayer de toucher un large public et en particulier des jeunes avec des expressions musicales plus actuelles qui peuvent aussi exprimer la foi. A partir du moment où elles sont riches, belles, rythmées et interprétées avec talent.

Cette diversité, cette richesse, c’est ce qui vous guide pour établir un programme pour les 700 ans ?
Oui et ce qui m’intéresse c’est d’être en lien avec différents acteurs. N’appartenant à aucune formation, aucun chœur, je suis d’une certaine manière « neutre », indépendante. Mon rôle consiste à contacter les acteurs de la musique liturgique du diocèse et il y en a beaucoup. Mais j’ai à cœur de créer également du lien avec d’autres personnes « hors Eglise » comme les professeurs du conservatoire par exemple. Les 700 ans, c’est aussi l’occasion de valoriser des lieux et les églises ne manquent pas pour accueillir des concerts. La programmation aussi doit être variée pour intéresser des publics divers. Tout cela est en train de se mettre en place et certaines dates sont déjà arrêtées. Nous faisons tout pour que la richesse, la diversité et le partage que veut mettre en avant cet anniversaire se retrouvent dans le programme musical.
                                                                          Propos recueillis par S. Bégasse

Calendrier des concerts

Chœur grégorien
- Concert de l'ensemble grégorien Jubilate, le samedi 12août à 20 h 30 et le dimanche 13 août, au cours de la messe de 11 h, à la cathédrale de Montauban

Duo saxophone-harpe
- lundi 21 août, 20 h 30, église de Caussade

Chœur de la Cathédrale
- Dimanche 26 septembre, 15 h, église Saint-Blaise de Septfonds "Musiques mariales et Psaumes" ;
- Samedi 7 octobre, 21 h, église Notre-Dame de l'Assomption de Monclar-de-Quercy, "Requiem de Cherubini" ;
- Jeudi 19 octobre, 21 h, cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Montauban, "Requiem de Cherubini" ;
- Dimanche 22 octobre, 15 h 30, Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Montauban, "Requiem de Cherubini" ;
- Samedi 18 novembre, 21h, cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Montauban, "Concert avec trompes" ;
- Dimanche 26 novembre, 11 h, cathédrale Notre-Dame de l'Assomption de Montauban, messe solennelle du Christ-Roi et de clôture du jubilé.

D’autres dates restent encore à être fixées définitivement, elles seront mentionnées sur le site des 700 ans

 

 

<< Go back to list