Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

L’Eglise réformée célèbre ses 500 ans

11 février 2017
L’Eglise réformée célèbre ses 500 ans

Marie-Bérengère Laporte : « Nous avons la chance en Tarn-et-Garonne, de compter sur des communautés de qualité très soudées »

Eclairage avec Marie-Bérengère Laporte

Cette année, les Eglises protestantes fêtent les 500 ans de la Réforme. Marie-Bérengère Laporte, présidente du conseil presbytéral de l’Eglise protestante unie de France (EPUDF) à Montauban, donne le sens de cet évènement qui donnera lieu à des manifestations en Tarn-et-Garonne.

Tout d’abord, pouvez-vous nous dire ce qui s’est passé il y a 500 ans?
Le 31 octobre 1517 est le jour où Luther aurait placardé ses « 95 thèses » contre les indulgences. Cet évènement est considéré a postériori comme le début de la Réforme protestante. Cette date donne d’ailleurs lieu chaque année à la fête de la Réformation qui est célébrée au cours d’un culte dans les Eglises protestantes. .

rencontre.jpgRéforme, réformation ? Quelles nuances entre ces deux termes ?
La fête de la Réformation fait référence à un acte historique, celui de Luther affichant sur la porte de l'église du château de Wittenberg ses 95 thèses, texte dans lequel il dénonce en particulier le système des indulgences. Il est important de toujours réinscrire les textes dans un contexte historique. La plupart des thèses rédigées par Luther ne nous enthousiasment pas nécessairement aujourd’hui, c’est tout à fait normal. Nous ne sommes plus en 1517, chaque période a ses propres défis et le propre de la « Réforme » est qu’il est nécessaire de se réformer sans cesse pour répondre à notre propre besoin de conversion, et à celui de notre propre Eglise. Si la Réformation est un acte daté, la Réforme évoque plus un chemin, elle nous met en marche.

Commémorer ces 500 ans, c’est donc pour vous l’occasion de voir le chemin parcouru ?
Oui et surtout de réfléchir à l’aujourd’hui et au demain de notre Eglise. Pour cela, l’Eglise Protestante Unie de France a décidé de s’engager dans la rédaction de nouvelles 95 thèses qui diraient nos « thèses » pour l’Evangile aujourd’hui. Pendant des siècles, les Protestants se sont définis « contre », il faut maintenant dire qui nous sommes de manière positive, non en nous opposant à d’autres mais en regardant ce qui fonde notre foi. C’est une autre logique, non plus celle d’une réforme à accomplir et d’une conversion à engager, mais plutôt la recherche d’un témoignage à porter dans le monde.
Vous évoquez le fait de vous définir sans vous opposer à d’autres, en particulier aux catholiques. Est-ce que le dialogue entre Eglises chrétiennes voulu par le Concile n’aide pas ce travail de définition ?
Il est certain que les Guerres de religion font partie du passé et même si, plus près de nous, la Loi 1905 a pu être le théâtre d’affrontements, depuis, l’œcuménisme, dans une certaine mesure, nous aide à affirmer qui nous sommes en dialoguant avec d’autres. Pour avancer dans cette démarche, depuis 2012, date de la naissance de l’EPDUF, une dynamique synodale est en marche et va donner lieu cette année à la publication d’une Déclaration de foi, texte énonçant en un langage simple les convictions fondamentales que partagent ses membres. Cet effort conduira, en étapes successives, au Synode national de 2017. La réflexion sur la Déclaration de foi pourra donc profiter de la dynamique des 500 ans.

Les autres Eglises protestantes sont-elles partie prenante de ces 500 ans ?
D’autres branches de l’Eglise protestante sont effectivement présentes en Tarn-et-Garonne et, grâce à l’initiative du pasteur Sandratana Rarijason de l’Eglise réformée évangélique, les 500 ans seront l’occasion de nous rassembler autour de ce que nous appelons le Projet Luther qui va donner lieu à diverses manifestations.

Qu’est-ce qui est prévu ?
Le programme est en train d’être finalisé mais je peux déjà dire que du 21 septembre au 7 octobre

Le samedi 18 février, à 18 h, au temple desCarmes à Montauban, François Vouga, théologien protestant donnera une conférence intitulée « La Bonne Nouvelle d’un Dieu sans religion. Construire une Eglise d’espérance pour l’humanité ». L’échange se prolongera autour d’un repas tiré du sac.

prochains plusieurs rendez-vous seront proposés et ouverts à tous. Je tiens à signaler en particulier une exposition à la maison de retraite protestante, quai Montmurat à Montauban. Douze panneaux montreront, dans un style très actuel, les grandes avancées de la Réforme et comment elle a façonné notre société occidentale. Ensuite deux conférences, la première, le mardi 26 septembre, sur le début de la Réforme à Montauban, par Jean Luiggi et l’autre sur Luther et la sexualité par Christophe Jacon, jeune pasteur très dynamique. Des visites du Montauban protestant seront proposées ainsi que des concerts de Gospel, des contes bibliques…Un culte, auquel participeront toutes les communautés protestantes de Tarn-et-Garonne, clôturera ce jubilé le samedi 7 octobre. Et en novembre, en marge des 500 ans, Montauban accueillera également le synode régional de l’EPUDF ! Une année donc très riche pour nous.

                                                                Propos recueillis par S. Bégasse


 

<< Go back to list