Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

L’école Sainte-Lucile et le collège Saint-Joseph dans une même dynamique

13 mars 2017

Ensemble scolaire catholique en Lomagne

Une école et un collège à Beaumont forment un ensemble catholique homogène. Les deux directrices ont créé un climat propice à la prise en compte de chaque élève pour son épanouissement personnel. Elles veulent faire grandir les enfants à la lumière de l’Evangile !


Deux femmes de conviction sont à la tête des établissements catholiques d’enseignement à Beaumont-de-Lomagne, Mme Manot pour l’école Sainte-Lucile et Mme Clavet pour le collège Saint-Joseph. Les deux établissements sont sous contrat avec l’Etat. Lorsqu’on interroge les deux directrices, il est marquant de vie_du_diocese.jpgvoir à quel point leurs objectifs sont identiques et on comprend mieux la dénomination d’« Ensemble scolaire catholique en Lomagne ». On pourrait aussi sans doute y ajouter le lycée d’enseignement agricole privé Jeanne de Lestonnac. En ce qui concerne l’école, Mme Manot dit avoir une double mission, une de service public et une de service d’Eglise. Elle accueille aujourd’hui 157 élèves, de la toute petite section (2 ans) jusqu’au CM2. Son rôle de chef d’établissement est d’abord d’accueillir. Accueillir les familles, les enfants, le personnel, les enseignants. Lors de la première rencontre avec les parents, « ils savent où ils mettent les pieds ! », la directrice leur fait bien comprendre que l’école Sainte-Lucile est un lieu d’Eglise. Ce lieu est prêt à les recevoir, dans le respect des consciences. Le projet pédagogique et le projet pastoral sont là pour faire grandir ces enfants, c’est une exigence pour la directrice. De même, elle dit être vigilante dans le suivi des élèves, grâce à une équipe d’enseignants motivés. Elle accompagne chaque famille, se dit à l’écoute, c’est une sorte de contrat de confiance qui est passé lorsque les parents inscrivent à l’école leur enfant. L’école n’est pas là pour « remplir » des personnes, mais pour faire grandir des talents, dans le respect de l’autre, pour un vivre ensemble, à la lumière de l’Evangile.
Au quotidien, cela demande de la bienveillance, de la surveillance aussi, l’aide de toutes les composantes de l’école. « On y arrive », affirme Mme Manot, « nous travaillons dans la transparence et la confiance.Globalement les enfants sont contents de venir à l’école. Nous avons aussi la chance d’avoir une association des parents d’élèves très dynamique. C’est un cercle vertueux à mettre en place ».

« C’est l’un et l’autre »

« Pour moi, projet éducatif et projet pastoral sont intimement liés, c’est l’un et l’autre » déclare Mme Clavet avec ses vingt ans de direction. Lorsqu’elle est arrivée à Saint-Joseph, il y avait 63 élèves, ils sont 275 aujourd’hui. Avec elle, 23 enseignants et 12 personnes pour faire vivre le collège. Ils viennent d’horizons divers et se plaisent à Beaumont, pourtant isolé. Il y a des enseignants qui sont là depuis 15-20 ans, ils auraient pu aller demander des mutations mais le projet d’établissement les intéresse et ils restent d’après la directrice. C’est un projet commun porté par toute la communauté éducative. Le pôle évangélisation jeunes du diocèse intervient aussi dans le collège pour la pastorale. Des temps forts sont proposés, les collégiens, quelles que soient leurs convictions, réfléchissent dessus. En 2016, c’était sur les migrations, question abordable par tous, où les chrétiens ont trouvé une dimension de foi.


Le projet pastoral de l’école Sainte-Lucile est un état d’esprit général, l’annonce de la foi y est explicite, le rythme y est donné par les temps liturgiques mais pas seulement. Par exemple, cette année, pour la

Calendrier :
17 mars, fête de la Saint-Joseph
31 mars, journée portes ouvertes, à partir de 17 h
25 avril, célébration de Pâques, 9 h 30 à l’église de Beaumont

première fois, avec l’abbé Passerat, curé de Beaumont-de-Lomagne, une bénédiction des cartables a eu lieu. Le jour de la rentrée, lorsque tous les enfants ont été réunis, l’abbé Passerat a expliqué le geste suivi d’un temps de prière et de chant pour les enfants et les familles. « Tout le monde était content !». Avec le Carême, l’école et le collège vont s’ouvrir à l’universel avec les bols de riz et un lien avec l’association « Un puits pour Mande » et l’abbé Augustin de la République démocratique du Congo, qui vient régulièrement à Beaumont pendant l’été. Un dispensaire, des médicaments, le soutien beaumontois continue.
S’il n’y a pas de catéchèse au sein des deux établissements, prise en charge par la paroisse, il y a cependant des propositions hebdomadaires à l’école d’« éveil à la foi » pour les cycles 2 et 3. Prises en charge par deux enseignantes, une maman et Mme Manot, ces temps sont consacrés à des temps d’échange avec les enfants, destemps de prière (l’oratoire à l’école est en cours d’installation !).

« L’enjeu est de développer des valeurs humaines et spirituelles chez l’enfant »
Pour la directrice de l’école, l’enjeu est de faire vivre l’établissement et de travailler avec le collège d’où l’intitulé : « Ensemble scolaire catholique en Lomagne ». La question est de savoir plutôt comment on se développe. La finalité ne semble pas celle d’une croissance du nombre d’élèves, même si les demandes se font de plus en plus nombreuses. D’ailleurs, une nouvelle classe de maternelle a vu le jour. Il y a aussi la question des bâtiments et la pérennité des classes existantes. Cette question des bâtiments se pose aussi pour le collège. Les enjeux sont autour du projet éducatif : le suivi des enfants, la dynamique des projets. Le but, confie la directrice, c’est l’excellence, mais sans sélection précise-t-elle aussitôt après, ce que nous voulons, c’est que chaque élève puisse s’épanouir avec ses propres talents.

                                                                            JF Laparre


 

<< Go back to list