Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Journée mondiale du migrant et du réfugié

29 décembre 2017

 Accueillir, protéger, promouvoir, intégrer

Le dimanche 14 janvier, l’Eglise célèbrera la Journée mondiale du migrant et du réfugié. De nombreux chrétiens agissent au quotidien. Marie Karpoukhine souligne à quel point le pape François nourrit l’action des uns et des autres.

Deux questions à Marie Karpoukhine

Quelle est à votre avis l’urgence aujourd’hui pour la pastorale des migrants ?
Pour moi, c’est vraiment la question de l’accompagnement des personnes, que ce soit avec la pastorale des migrants ou avec d’autres organisations ou services. Actuellement la pastorale des migrants n’est pas en capacité d’assurer ce service si important. Nous manquons de personnes pour cette mission spécifique et nous en recherchons. On arrive à régler les questions matérielles d’une façon ou d’une autre mais notre mission est bien celle là en matière de pastorale, celle d’accueillir, d’accompagner ces personnes, ces familles qui ont tout perdu. Le diocèse continue d’agir. Il accueille ces jours-ci une nouvelle famille. Elle va pouvoir vivre dans un appartement, auparavant, elle allait chez des particuliers qui lui offraient l’hospitalité. La situation continue d’être difficile pour cette mère et ses trois enfants comme pour tant d’autres.

Le dimanche 14 janvier 2018 sera la journée mondiale du migrant et du réfugié, quel lien avec le dimanche 1er janvier : Journée mondiale de la paix ?
C’est le pape François qui fait le lien, son engagement est très fort. C’est une parole prophétique qu’il donne en la matière. Il faut absolument lire ces messages. 

Les migrants et les réfugiés : des hommes et des femmes en quête de paix

Quatre pierres angulaires pour l’action

Le pape François, dans son message pour la célébration de la journée mondiale de la paix qui a lieu le 1er janvier 2018, centre son intervention sur la valeur fondamentale de l’accueil : « Nous sommes conscients qu’ouvrir nos cœurs à la souffrance des autres ne suffit pas. Il y aura beaucoup à faire avant que nos frères et nos sœurs puissent recommencer à vivre en paix dans une maison sûre. Accueillir l’autre exige un engagement concret, une chaîne d’entraide et de bienveillance, une attitude vigilante et compréhensive ». […]


« Offrir à des demandeurs d’asile, à des réfugiés, à des migrants et à des victimes de la traite d’êtres humains une possibilité de trouver cette paix qu’ils recherchent, exige une stratégie qui conjugue quatre actions : accueillir, protéger, promouvoir et intégrer.

« Accueillir » rappelle l’exigence d’étendre les possibilités d’entrée légale, de ne pas repousser des réfugiés et des migrants vers des lieux où les attendent persécutions et violences, et d’équilibrer le souci de la sécurité nationale par la protection des droits humains fondamentaux. L’Écriture nous rappelle ceci : « N’oubliez pas l’hospitalité : elle a permis à certains, sans le savoir, de recevoir chez eux des anges ».
« Protéger » rappelle le devoir de reconnaître et de garantir l’inviolable dignité de ceux qui fuient un danger réel en quête d’asile et de sécurité, et d’empêcher leur exploitation. Je pense, en particulier, aux femmes et aux enfants qui se trouvent dans des situations où ils sont plus exposés aux risques et aux abus qui vont jusqu’à faire d’eux des esclaves. Dieu ne fait pas de discrimination : « Le Seigneur protège l’étranger, il soutient la veuve et l’orphelin ».

« Promouvoir » renvoie au soutien apporté au développement humain intégral des migrants et des réfugiés. Parmi les nombreux instruments qui peuvent aider dans cette tâche, je désire souligner l’importance d’assurer aux enfants et aux jeunes l’accès à tous les niveaux d’instruction : de cette façon, ils pourront non seulement cultiver et faire fructifier leurs capacités, mais ils seront aussi davantage en mesure d’aller à la rencontre des autres, en cultivant un esprit de dialogue plutôt que de fermeture et d’affrontement. La Bible nous enseigne que Dieu « aime l’étranger et lui donne nourriture et vêtement » ; par conséquent, elle exhorte ainsi : « Aimez donc l’étranger, car au pays d’Égypte vous étiez des étrangers ».

« Intégrer », enfin, signifie permettre aux réfugiés et aux migrants de participer pleinement à la vie de la société qui les accueille, en une dynamique d’enrichissement réciproque et de collaboration féconde dans la promotion du développement humain intégral des communautés locales. Comme l’écrit saint Paul : « Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers ni des gens de passage, vous êtes concitoyens des saints, vous êtes membres de la famille de Dieu ».

Extraits du Message du pape François pour la célébration de la journée mondiale de la paix du 1er janvier 2018. « Les migrants et les réfugiés : des hommes et des femmes en quête de paix »

 

Dans le diocèse

Accueillir, intégrer

Le dimanche 14 janvier, c’est à Monclar-de-Quercy que se déroulera la Journée des migrants et des réfugiés. Rendez-vous à 10 h 30 à l’église pour la célébration eucharistique qui sera suivie d’un repas, pris en commun où chacun amène un ou des plats à partager. Des chants, des danses, des jeux animeront l’après-midi.
Renseignements auprès de Marie Karpoukhine, Tél. 06 23 93 75 51.


Un document incontournable

Accueillir, protéger, promouvoir, intégrer

Le Service national de la pastorale des migrants et des personnes itinérantes a conçu un « dossier d’animation » pour cette journée mondiale du 14 janvier 2018. Bien plus qu’un simple dossier d’animation, il permet une véritable réflexion sur le sujet et donne des bases solides à l’engagement de l’Eglise sur le sujet. Il est destiné à tous. Il comprend aussi le message du pape .

Vous pouvez télécharger ce dossieR ici
 


                                                                          JF Laparre
 

<< Go back to list