Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

En paroisse: Le Service évangélique des malades

2 février 2018
 En paroisse: Le Service évangélique des malades

En établissement ou à domicile, les bénévoles répondent à l’appel du Christ : « J’étais malade et vous m’avez visité »

 La mission de cheminer avec les malades

Au nom de l’Eglise, des chrétiens vont à la rencontre des personnes malades, dépendantes, âgées ou isolées, à domicile et autres lieux de vie. Ce service est organisé au niveau des ensembles paroissiaux. Un tour d’horizon dans le diocèse montre ce qui est mis en place et pointe les enjeux et difficultés de cette pastorale.

Le Service évangélique des malades (SEM) est un service paroissial sous la responsabilité du curé, animé par une équipe de bénévoles. Les bénévoles qui assurent ce service en équipe reçoivent la mission de cheminer avec des malades pour qu’ils trouvent en eux des ressources spirituelles pour traverser leur épreuve. Ministres ordonnés et laïcs assurent ainsi une présence fraternelle auprès de toutes les personnes qui le souhaitent. Quand on fait le tour des différents ensembles paroissiaux que compte notre diocèse, on s’aperçoit très vite que, si ce service auprès des malades est présent partout, l’organisation et la mise en dossier.jpgœuvre connaissent des disparités. Une première raison tient à la présence ou pas d’établissements sur le territoire paroissial. Dans certains endroits du département on trouve une concentration de maisons de retraite, hôpitaux et autres établissements de santé et le service auprès des résidents repose sur des équipes de plusieurs personnes. C’est le cas à La-Ville-Dieu-du-Temple, Valence d’Agen, Verdun-sur-Garonne ou encore Nègrepelisse. Dans ce secteur par exemple, on trouve un hôpital et sa maison de retraite, un centre spécialisé Alzheimer, une résidence pour personnes retraitées, un EPHAD, un centre pour personnes en cure de désintoxication et, à Saint-Etienne-de-Tulmont, une maison pour personnes handicapées. Pour y assurer une présence d’Eglise, une équipe de six personnes assure des visites, animent des messes. L’abbé Castan, prêtre retiré, a reçu la mission d’aumônier de l’hôpital et accompagne l’équipe. L’abbé Loffel précise sa participation en tant que curé : « D’une manière sporadique, des résidents du Château Longues-Aygues, centre de désintoxication, viennent à la messe dominicale ce qui est l’occasion d’un dialogue avec moi. Quand il y a des demandes, je me déplace pour rencontrer les malades à domicile. Mais malgré des annonces répétées, peu de malades ou personnes âgées nous sont indiqués par leurs proches. »

En lien avec la communauté
C’est effectivement une des difficultés liées à cette pastorale. A Montech, Michèle Maciejasz, chargée des visites à domicile, fait ce même constat : « Malgré les appels du nouveau curé, l’abbé Nabaloum, nous n’avons pas reçu de réponses pour visiter des malades ou personnes âgées. » L’abbé Thierry Farenc, curé de Villebourbon, note également ce déficit de liens avec les proches : « Je regrette que lorsque certaines personnes “disparaissent” de nos célébrations ou de notre secteur, l’information ne suive pas. Les familles ne tiennent pas nécessairement compte de la foi de leurs ainés et ne font pas de signalement... Nous essayons alors de sensibiliser les paroissiens à ce sujet. » Si des personnes reçoivent mission de ce service auprès des malades, ce souci doit en effet être porté par toute la communauté paroissiale. Des initiatives vont en ce sens, notamment au cours des célébrations. Cela peut se faire de façon régulière comme à la paroisse Sainte-Thérèse à Montauban où chaque premier dimanche du mois des intentions de prières pour les malades sont apportées par les fidèles. A La-Ville-Dieu-du-Temple, le soir du jeudi saint ou à l’occasion de la journée des malades, dans un souci de visibilité, les visiteurs de malades sont envoyés en mission. Ce geste est repris pour les grandes fêtes et à l’occasion des communions et professions de foi dans un souci d’éducation aux membres des assemblées. Autre façon de faire du lien, lors des messes du temps de Noël dans les établissements, des cartes réalisées par les enfants catéchisés sont distribuées aux résidents.

 A domicile
En interrogeant les responsables pastoraux, on constate que souvent, c’est la présence d’établissements de santé ou maisons de retraite sur la paroisse qui appelle le souci de mettre en place une équipe. Par contre certains relèvent la difficulté d’organiser des visites à domicile. L’abbé Jérôme Pinel, à Caussade, en témoigne : « S’agissant des visiteurs de malades à domicile, nous n'avons aucune structure paroissiale de type SEM, uniquement quelques volontaires qui portent la communion à leurs proches. » De fait le Service évangélique des malades demande d’appeler et de constituer des équipes de bénévoles, en lien avec le prêtre, pour tisser un réseau repérable et organisé. C’est ce qu’a fait récemment l’abbé Jean-Pierre Daynes à Valence d’Agen en nommant Dany Salles responsable de la pastorale de la santé. Cette dernière est bien consciente de l’importance d’organiser les visites à domicile : « Depuis ma récente nomination, j'ai mis en place une équipe de 14 personnes pour rendre visite à domicile à des personnes seules ou isolées. Plus qu’une simple visite, il s’agir de leur apporter aussi le témoignage de notre foi. Il s'agit là des balbutiements de cette équipe. J'attends beaucoup de l'engagement de toutes ces personnes qui ont répondu favorablement à ma demande. Le besoin d'une telle démarche se fait ressentir autant en ville que dans nos campagnes. »

                                                                                S. Bégasse
 RETOUR

<< Go back to list