Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

En marche vers la lumière

4 décembre 2017

 AVENT

A partir du Ve siècle, l’Eglise, dans sa relecture de l’histoire du salut, a commencé à préparer dans la joie la fête de Noël, le 25 décembre. L’abbé Cyrille Konguendé revisite le temps liturgique de l’Avent dans une approche biblique et spirituelle.

L’Avent offre aux chrétiens un temps de conversion intérieure pour se préparer à la rencontre joyeuse etpleine d’espérance du Christ qui vient. Le choix des textes de l’Ancien et du Nouveau Testament accompagnent la prière des chrétiens dans leur marche vers la lumière du Christ. Pas de Gloria, mais la lumière avec une nouvelle bougie chaque dimanche. La liturgie est là pour donner du sens. Elle aide tout croyant à accueillir avec foi et de manière constante celui qui vient sauver le monde. Le premier dimanche de l’Avent, l’Eglise propose aux fidèles de lire l’évangile de la venue du Seigneur (Mt. 24,37-44), qui invite à la vigilance et à l’espérance. Saint Augustin affirmait : « C’est pour cette attente et cette espérance que nous avons été faits chrétiens ». La foi est cette lumière qui vient du Christ, offerte au chrétien pour qu’il éclaire de son engagement le monde : « Vous êtes le sel de la terre, la lumière du monde » ! Le deuxième dimanche nous donnera à entendre l’évangile du « précurseur » (Mt 3,1-1

vie_du_diocese.jpg

2). Jean Baptiste, fils d’Elisabeth, est cette « voix qui crie à travers le désert » pour inviter les fidèles à prendre conscience de leurs fautes après cet éveil à plus de vigilance de la première se

maine : « Convertissez-vous… préparez le chemin du Seigneur… » ! Jean Baptiste éclaire de son humilité ses disciples qu’il envoie à la rencontre de foi de Jésus, « Lumière véritable » (Jn 1,6-8.19-28.34). Nous prierons pour tous les baptisés, afin qu’ils soient davantage « purifiés » de l’intérieur par une vie de foi chrétienne qui ouvre au Royaume à venir. En nous demandant : « Que faisons-nous de la grâce reçue à notre baptême ? »

Joie
Au cœur de l’Avent, avec le dimanche du « Gaudete », les fidèles sont invités à être dans la joie de cette attente qui prend déjà fin autour du Christ, « Prince de la Paix ». La couleur liturgique peut être le 

rose pour signifier cette joie. On autorisera la décoration florale ! On comprend pourquoi, dans sa prison, Jean Baptiste envoie ses disciples interroger Jésus, bien qu’il ait déjà rendu témoignage (Jn 1,34) : « Es-tu celui qui doit venir… ?» (Mt 11,2-11 ; Lc 7,18-19). Et Jésus de répondre : « Les aveugles voient… ». Nous prierons pour qu’à l’école de Jean Baptiste nous ne soyons pas des « roseaux agités » par les vents de nos vies, pour que l’Esprit Saint fasse grandir en nous la foi au cœur de nos prisons obscures, nos doutes, colères, ignorances… Enfin, le dimanche de la veillée de Noël, les textes liturgiques présentent les événements qui ont préparé la naissance de Jésus, l’« Emmanuel », Lumière des hommes ! L’Evangile selon Matthieu (1,18-24) met en relief Joseph, le « juste et bon », qui protège Marie et l’Enfant-Dieu lors de la fuite en Egypte. L’Eglise invite les fidèles à se mettre à l’école de Joseph : avoir une attitude de « confiance » en Dieu, dans une ouverture à la joie qui surpasse nos « craintes ». Nous prierons pour les couples mariés en difficulté, les familles désunies, pour les enfants abandonnés, sans parents, violentés, déplacés, victimes de guerres. Qu’ils trouvent sur leur chemin des « Samaritains » de l’espérance, capables de leur apporter affection, protection, amour… Afin que Noël leur soit « Soleil qui illumine et féconde leurs espoirs ».

                                          Abbé Cyrille Konguendé, administrateur paroissial de Verdun-sur-Garonne


 Attendre Noël dans la foi

« Ce monde dans lequel je vis est grand, beau, merveilleux si je prends le temps d’admirer la création et les découvertes de l’homme, ses capacités de don. Ce qui ne m’empêche pas de regretter toutes les dérives qui laissent un goût amer d’insatisfaction, voire de vide. Ce monde tel qu’il est, avec ses ombres et ses lumières, me remet en face de ma pauvreté, de toutes sortes de pauvretés. C’est le chemin du manque, du creux qui demande à être comblé et qui me fait crier vers celui qui est venu combler notre indigence, par amour pour chacun de nous. L’Avent, c’est le temps de la confiance, de l’espérance. Le Christ est venu et il vient éclairer nos vies. C’est ce trésor qui me fait vivre, je ne peux le garder pour moi. Plus je le partage, plus cette lumière du Christ grandit en moi et autour de moi. »
                              Sœur Anne le Moual, ursuline

« Se préparer à Noël, c’est participer à l’annonce que Dieu va venir dans notre monde et qu’il vient apporter l’amour, la paix, la joie, l’espérance. En famille, on passe du temps à confectionner et installer les décorations, d’abord la couronne de l’Avent puis viendront les guirlandes, le sapin et la crèche. Le conte de Noël de Pomme d’Api et les découvertes quotidiennes du calendrier de l’Avent rythment ce temps pour les enfants. Les personnages de la crèche cheminent tout autour de la salle à manger pour se retrouver tous ensemble le jour de Noël dans la crèche au pied du sapin pour fêter cet enfant Jésus. Le jour de Noël, les cadeaux des plus petits arrivent mais les adultes aussi s’échangent des cadeaux et les enfants offrent des dessins pour dire aux autres leur amour et partager la joie de cette fête. »

                                                                             Soizic et Bruno Laborie, Castelsarrasin

 

<< Go back to list