Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

Après Pâques

4 avril 2018

 La joie de la RésurrectioN

Nous avons célébré la fête de la Résurrection du Christ, la fête de Pâques, la plus grande des fêtes chrétiennes mais que reste-t-il dans nos cœurs de ces moments de joie et de présence du Ressuscité ?

Le jour de Pâques, certains ont pu se dire : « J'ai beaucoup de peine à fêter Pâques. Pâques est la fête de la joie. Or comment être dans la joie, alors qu'il y a tant de souffrances dans le monde ? » Parmi ceux-là il y a toutes les personnes accablées par les soucis et les drames de la vie : chômage, maladie, souffrances billet.jpgphysiques et morales, désespoir, laissés pour compte…
Il est bien vrai que chaque jour, chez nous ou en d'autres pays du monde, des gens sont frappés par des maux insupportables et s’obligent cependant à vivre dans la guerre, dans la persécution, avec la faim et la mort toujours menaçante. Pourtant, nous chrétiens, avec le Christ ressuscité nous osons accueillir en nous la joie de Pâques et la proclamer.
La joie de Pâques n'est pas le plaisir de ceux qui ont tout réussi dans leur vie, qui possèdent de grands biens et qui se croient maîtres de leur vie sinon du monde. Les « repus » comme les désigne la Bible ! Elle n'est pas le bonheur facile de ceux qui n'ont jamais connu la détresse et la peur du lendemain. Elle n'est pas l'optimisme de celui qui, ayant été préservé de tout problème, fait la leçon à ceux qui sont dans le désarroi. Elle est moins encore l'indifférence de celui qui ferme sa porte et ses fenêtres pour ne pas être ennuyé par les difficultés des autres et qui se replie dans son égoïsme.
La joie de Pâques est celle de Jésus qui a connu la plus extrême souffrance et qui, par sa souffrance, a rejoint tous les hommes de tous les temps accablés des pires épreuves. Elle est celle de la Vierge Marie qui a vécu la douloureuse passion au pied de la croix où mourait son fils, elle est celle de Pierre et des apôtres qui ont vécu, angoissés, dans la nuit depuis le soir du Jeudi-Saint jusqu'au jour de Pâques.

Confiance
La joie de Pâques vient de la confiance certaine que le Christ est avec nous jusque dans la souffrance extrême, puisque lui-même l'a traversée et garde en son corps les plaies de sa passion. Sa parole ne ment pas : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps », a-t-il dit à ses disciples en les quittant après sa résurrection (Matthieu 28,20). Il part vers le Père mais il est là et sa présence habite notre vie. Nous pouvons lui confier ce que nous vivons et ce que vivent d'autres hommes. Nous pouvons même, quand le poids est trop lourd à porter, crier avec lui les paroles du Psaume 21 « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Jésus comprend ce cri de l’homme perdu.
La joie de Pâques est l'assurance que nous pouvons, là où nous sommes, par notre vie de chaque jour, par notre prière, et même par nos difficultés, aider ceux qui sont proches et ceux qui sont loin, à connaître un peu plus de paix et de goût de vivre. Jésus ressuscité fait éclater les limites souvent étroites de notre cœur jusqu'aux dimensions du monde. Il donne à nos gestes et à nos paroles d'amitié, de fraternité, d'entr'aide, une fécondité universelle : il nous rend « catholiques », c’est-à-dire universels et il nous fait porter au monde la joie.

Des êtres nouveaux
La joie de Pâques fonde notre espérance : nous pouvons devenir des êtres toujours nouveaux, quel qu'ait été notre passé, quel que soit notre présent. Jésus peut à chaque instant nous faire renaître à une vie nouvelle, « vous êtes ressuscités avec le Christ » dit saint Paul. Tous nous sommes appelés à cette vie nouvelle dans le Christ. Aucune vie n'est définitivement ratée si la lumière de la Résurrection peut la rejoindre (et pourquoi ne le ferait-elle pas ?). La joie de Pâques est en nous cette petite lumière, vive flamme d’amour, capable de traverser la couche épaisse de nos doutes et de nos peurs.
La joie de Pâques est pour chacun de nous. Demandons-la chaque jour au Christ ressuscité. Demandons-la par l'intercession de sa mère Marie, appelée très justement « la cause de notre joie ».
signature mgr ginoux.jpg 

 

<< Go back to list