Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

« J’étais malade et vous m’avez visité. » (Mt, 25 - 36)

1 février 2017
« J’étais malade et vous m’avez visité. » (Mt, 25 - 36)

Les bénévoles du Service évangélique des malades de la Cathédrale se retrouvent régulièrement pour relire leur mission

En paroisse

Afin que cette affirmation du Christ soit appliquée, des hommes, des femmes, ministres ordonnés et laïcs, agissent au nom de leur foi en assurant une présence auprès de personnes souffrantes, conservant ainsi le lien avec la communauté paroissiale.Par leur présence et leur action, ils sont signes de la sollicitude de l’Eglise à leur égard.

 

Le chapitre VI des orientations diocésaines consacré au service pointe la nécessité de la charité en particulier auprès des malades. Ainsi peut-on lire : « Une des formes essentielles de ce service est la visite aux personnes malades, âgées et isolées qui demandent des équipes formées et unies. » De fait, vie_du_diocese.jpgdans la plupart des ensembles paroissiaux, des visites sont assurées en milieu hospitalier, en maison de retraite ou encore à domicile par des prêtres, des diacres, des religieuses ou des laïcs. Pour l’abbé Pierre Hoan, d’origine vietnamienne, assurer une présence auprès de personnes isolées par l’âge ou la maladie relève déjà d’une attention humaine et fraternelle : « Depuis mon arrivée en France, j’ai découvert qu’il existe une grande différence entre les familles ici et au Vietnam. Dans mon pays, trois ou quatre générations vivent sous le même toit, il n’y a pas de maison de retraite. Il est rare de trouver quelqu’un vivant seul alors qu’en Francebeaucoup de personnes âgées sont en maison de retraite ou seules chez elles. Celles qui ne peuvent plus marcher restent toute la journée allongées ou assises sur un fauteuil roulant, sans recevoir de visite. Une ou deux fois par jour seulement, une infirmière vient les soigner. Cela m’invite à m’occuper particulièrement de ces personnes. » A son arrivée à Moissac comme administrateur paroissial en septembre, il s’est réjoui de voir que des personnes portaient la communion à domicile pendant que d’autres visitaient les résidents des deux maisons de retraite, leur permettant également de se retrouver pour la messe ou la prière du chapelet. Mais pour l’abbé Hoan, il est nécessaire d’organiser encore mieux ce service : « Comme je suis sensibilisé au sort des personnes malades et isolées, j’essaie, personnellement,de me rendre chez toutes celles qu’on m’indique. Ainsi, avant Noël, j’ai pu donner le sacrement de la réconciliation et le sacrement des malades à plusieurs résidents des maisons de retraites.A présent, je souhaite mettre sur piedune équipe des bénévolesayant pour mission de visiter les malades au nom de la paroisse. C’est aussi pour moi une façon de mettre en œuvre les orientations diocésaines. »

En lien avec la communauté

Daniel Lespiau est diacre depuis 25 ans. Le service de la charité, qui fait partie de son ministère, il l’exerce depuis très longtemps auprès des personnes souffrantes. Aujourd’hui, sur l’ensemble paroissial de Reyniès, il partage cette mission avec l’abbé Tallagnon. Tous deux ont à cœur de se rendre au domicile de personnes malades même s’ils rencontrent certaines difficultés : « Personnellement, je pense que ce service d’Eglise est extrêmement important, il apporte présence, écoute, réconfort.Pourtant on constate que souvent les personnes malades n’osent pas faire appel à nous, comme si elles avaient honte de leur état.C’est pourquoi nous comptons beaucoup sur le bouche à oreille, c’est aussi le rôle de toute la communauté de porter ce souci des souffrants. » Cette conviction est partagée par l’équipe du service évangélique des malades de l’ensemble paroissial de la Cathédrale. Depuis plusieurs années, à Sainte-Thérèse et à Saint-Joseph, une fois par mois au début de la messe, chaque fidèle peut déposer une intention de prière pour des personnes souffrantes. Une autre façon d’unir les malades à la communauté et de les rendre présents.Josette Traverse fait partie de l’équipe depuis six ans et aujourd’hui coordonne l’ensemble des bénévoles du secteur.Pour mener à bien cette mission, la formation lui semble indispensable, notamment pour les visiteurs en milieu hospitalier : « Des journées de formation sont proposées au niveau régional et nous sommes quelques-uns à les suivre. C’est très intéressant car nous y rencontrons aussi des professionnels de santé. A Montauban, Hervé Rols intervient au cours d’une rencontre diocésaine chaque année et c’est également très enrichissant. » Elle insiste aussisur l’importance du travail en équipe : « Une fois par trimestre, tous les visiteurs de malades des différentes paroisses du secteur sont invités à se retrouver. Ces rencontres communes permettent de partager sur ce que nous vivons, de faire le point sur la répartition des visites. Ainsi un esprit d’équipe se crée et même si les modalités sont un peu différentes entre domicile et structure hospitalière, se retrouver permet de prendre conscience que nous partageons la même mission, celle de rendre l’Eglise présente auprès des souffrants. »

                                                                                                 S. Bégasse

 RETOUR page principale

<< Go back to list