Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
 
Document Actions

700 arbres pour 700 ans

21 décembre 2017
700 arbres pour 700 ans

Au printemps, les enfants de l’école ont appris à planter des tomates

 Un accueil enthousiaste dans les écoles

Lancée un peu avant l’été, l’opération « Parrainez un arbre pour les 700 ans » connait depuis un beau succès. Grâce à des particuliers, des familles, des groupes, des mouvements, 507 arbres attendent déjà d’être plantés. Les établissements scolaires ont également répondu positivement à la proposition comme l’école Saint-Joseph à Saint-Nicolas de la Grave. Sa directrice, Cécile Desmoulins, explique ce qui l’a motivée.

Comment avez-vous accueilli cette initiative ?
Personnellement, j'avais eu l'information par la paroisse, puis par le Bulletin catholique du diocèse. La direction diocésaine de l’Enseignement catholique (DDEC) nous en avait également fait part. Cette initiative m'a tout de suite intéressée, planter des arbres revêt une symbolique très forte, en particulier pour moi et ma fonction d'enseignante, qui consiste à faire grandir des enfants en les enracinant dans des valeurs solides. vie_du_diocese.jpgLe projet de planter une forêt d'arbres représente l'image d'une communauté qui grandit ensemble en tissant des liens. Il nous a semblé aussi intéressant d’en informer les parents d’élèves.

Pour quelles raisons ?
Le fait de proposer la participation aux familles de l’école permet de concerner un public plus large aux actions diocésaines. En accord avec mes collègues, nous avons transmis à toutes les familles le feuillet de parrainage édité par le diocèse, en leur proposant également une action collective pour l'école : parrainer un ou plusieurs arbres pour l’école Saint-Joseph.

Quelles ont été les réactions ?
Mes collègues et les parents d’élèves ont trouvé cette idée intéressante d'autant plus que notre école a, depuis de nombreuses années, un lien tout particulier avec la problématique de l'environnement. Nous souhaitons transmettre à nos élèves la responsabilité de protéger la nature et de pérenniser cette terre dont nous avons hérité. Collègues et parents ont donc proposé de planter un arbre de plus dans notre cour pour manifester au quotidien notre lien avec ce projet diocésain.

Concrètement, comment la problématique environnementale est présente dans votre établissement ?
La question de l'environnement est profondément enracinée dans le projet éducatif de l'établissement. A l’école Saint-Joseph, nous avons la chance d'avoir un grand parc arboré où les enfants évoluent en toute liberté. L'observation de la nature tout au long des saisons est un atout majeur. Nous bénéficions d'un grand potager, cultivé grâce à des parents bénévoles. L'an dernier, nous avons entrepris une démarche de labellisation Éco École, sur la problématique du recyclage et de la valorisation des déchets. La mise en place de composteurs, de bacs de tri et la participation à une journée de nettoyage ont permis de sensibiliser particulièrement nos élèves à cette question. En participant au parrainage des 700 arbres, nous sommes bien dans cette même logique.

                                                                                Propos recueillis par S. Bégasse

Je parraine un arbre


 Les parents aussi

Les familles ont été sollicitées pour participer au financement d’arbres pour l’école. Comme Natalia Teixeira, certains parents ont tenu à en parrainer à titre personnel.

« Nous avons découvert cette initiative par le biais de l'école Saint-Joseph: un mot de la directrice reprenant l'objectif de l'école (planter au moins trois arbres) et un prospectus avaient été collés dans le cahier de liaison de mes deux enfants (CE1 et grande section de maternelle). J'ai trouvé cette proposition intéressante et originale. L'implication de l'école m'a plu et touché car je suis persuadée que l'environnement (bois et forêts) dans lequel évoluent les enfants contribue à leur bien-être et à leur développement personnel. Eveil des cinq sens, espace de promenade et de défoulement, bol d'oxygène qui aide à l'apaisement et à la prise de recul par rapport aux tracas du quotidien, espace de loisirs sportifs et "verts", découverte de la flore et de la faune locales (plaisir des yeux et des oreilles), éveil de la créativité artistique, etc.

Une démarche similaire avait été entreprise dans ma région d'origine (bois de Boulogne suite à la tempête de 1999) et je souhaitais participer à mon échelle à la reforestation de ma région actuelle, d'autant plus qu'il y a peu de forêts dans le coin. Je donne un sens éthique et civique à mon geste, en espérant que les plantations seront suivies dans le long cours car un arbre a besoin d'espace, d'eau, d'engrais et de soins (élagage, protection "physique" contre les animaux, traitement contre les maladies éventuelles, etc.) pour pouvoir s'enraciner et croître pour durer, qui sait, 100 ans! J'ai deux chênes majestueux de plus de 200 ans dans le jardin et j'espère qu'ils seront là encore pour des générations. »

 

 

<< Go back to list