Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Homélie de la veillée pour la paix du samedi 10 janvier 2015

 VEILLEE DE PRIERE POUR LA PAIX

CATHEDRALE DE MONTAUBAN – 10 Janvier 2015

Lecture de l’Evangile de Saint Jean 14,27-31a « Je vous laisse ma paix »

Le choix de ce passage d’évangile de saint Jean a retenu mon propos ce soir pour deux raisons : d’abord parce que Jésus en quittant ses disciples leur laisse sa paix, c’est-à-dire, l’amour de Dieu et du prochain qui est en Lui et, ensuite, parce qu’il les rassure : « que votre cœur ne soit pas bouleversé ni effrayé ».
Le don de la paix
Nous sommes, bien sûr, bouleversés, frappés de stupeur et de réprobation. Mais d’abord nous prions pour tous ceux qui sont concernés par ce drame. Même si beaucoup d’entre nous, comme moi, ne sommes pas des pratiquants de Charlie Hebdo, qui, souvent, est très grinçant et grossier vis-à-vis de l’Eglise Catholique, nous sommes écœurés par la mort de ces journalistes et des autres victimes. Pourquoi sont-ils morts ? Parce qu’ils ont un jour ou l’autre attaqué, en vertu de la liberté d’expression de notre pays, une religion, l’Islam et ses fanatiques, ils ont été exécutés. Cette réalité rappelle que cette nouvelle guerre du terrorisme est arrivée chez nous. Au même moment, au Yémen, 30 jeunes gens mouraient sous l’explosion d’un minibus piégé et télécommandé. Cet attentat était le troisième depuis le premier janvier. N’oublions donc pas que certains pays vivent en permanence sous la menace quotidienne : Syrie, Irak, Pakistan, Nigeria (Boko Haram), et d’autres !!! Aujourd’hui au Nigéria 16 villages ont été détruits par Boko Haram ce qui fait plusieurs centaines de morts et de blessés. Nous avons donc à penser à toutes ces populations qui auraient le droit de vivre en paix et n’ont pas cette paix. Si nous prions ce soir pour la paix c’est pour nous laisser rejoindre par la paix qui vient de Dieu et nous redire notre confiance dans le « Prince de la Paix » comme le Sauveur est désigné par les prophètes. Le Christ est notre paix, la paix apportée par Dieu, la paix que Dieu nous donne: dans la nuit de la Nativité a retenti le chant « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes que Dieu aime ». L’évangile choisi ce soir nous livre les paroles de Jésus à ses disciples avant son arrestation. A chaque messe la phrase de Jésus ressuscité revient : « la paix soit avec vous », on échange la paix « dans la charité du Christ donnez-vous la paix ! » et nous invoquons l’agneau de Dieu qui nous donne la paix avant d’ « aller dans la paix du Christ ». La paix dont il est question est la synthèse de tous les dons de Dieu. Elle est l’unité avec Dieu par le Christ, la vie dans l’Esprit de Dieu, l’Esprit-Saint.

Un appel à la « conversion »
Comme chrétiens, comme fidèles de l’Eglise Catholique, nous avons donc un chemin à parcourir : chaque matin nous avons, selon l’appel du Christ dans les Béatitudes, à devenir « artisans de paix ». La règle d’or de l’évangile, de toute vie chrétienne, doit être : « Fais pour les autres ce que tu veux que les autres fassent pour toi ». Il ne s’agit pas de tout accepter ou d’être un chien muet, il s’agit d’être dans la vérité et l’accueil du prochain en toute vérité. C’est dans cet esprit que doit se vivre le dialogue interreligieux. Il passe par la connaissance et la rencontre entre les personnes. On ne dialogue, en effet, qu’avec des personnes et d’abord en sortant de ses préjugés et de ses idées toutes faites, en s’apprivoisant mutuellement, en apprenant ce que l’autre pense, croit et, surtout, vit. Ce 7 janvier à l’audience du Saint-Père quatre imams français accompagnés de Mgr Dubost, chargé du dialogue interreligieux et du cardinal Tauran, saluaient le pape au cours du voyage qu’ils faisaient à Rome. Voilà un exemple heureux. Le premier dialogue est d’abord celui de la vie partagée. C’est pourquoi il est nécessaire que comme catholiques nous allions au-devant des autres, tels que nous sommes, sans nous renier, forts de ce que nous pouvons apporter : le Dieu de miséricorde et d’amour. Nous avons un devoir de répondre à la question de Dieu : « qu’as-tu fait de ton frère ? » (Genèse 4,10). Or le message du Christ est le salut pour tous les hommes, le Sauveur s’est fait l’un de nous pour que « tous aient la Vie » (Evangile de Saint Jean). Plus que jamais nous devons annoncer l’Evangile au monde qui à la fois génère de tels crimes et en même temps en souffre. Nous avons reçu le message de paix du Christ, il nous invite à ne pas avoir peur, c’est donc, pour nous, une nécessité de faire connaître Jésus le Sauveur, le roi de miséricorde. Notre silence sur le Christ tue et empêche les chercheurs de Dieu de parvenir au but.
Le Christ est la PAIX pour tous les hommes : « Dans le silence de la Croix se tait le bruit des armes et parle le langage de la réconciliation, du pardon, du dialogue, de la paix » (Pape François 7 septembre 2013). En clair, notre mission de chrétiens est de nous convertir toujours davantage : le mal nous invite à nous laisser saisir par l’amour du Christ et à vivre de cet amour pour le faire connaître aux autres. Jésus nous invite à chercher d’abord le royaume de Dieu et sa justice, celle d’un Dieu qui se fait homme et donne sa vie pour que nous ayons la vie. Il est toujours le Dieu de la PAIX parce qu’Il n’est qu’Amour. Amen !
 

Mgr Ginoux, évêque de Montauban