Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Découvrir et comprendre les orientations diocésaines

16 février 2016

Une interview de l'abbé Laurent Bonhomme, vicaire général


Session théologique 2016
Découvrir les orientations diocésaines

 

La session théologique annuelle, qui aura lieu les 22 et 23 février, est consacrée à la diffusion des orientations pastorales qui seront données lors de la séance des vœux de l’évêque de Montauban, le 23 janvier. L’abbé Laurent Bonhomme, vicaire général, présente les objectifs de cette session qui est l’aboutissement de plusieurs années de réflexion sur les orientations diocésaines.

Quel est le but de la future session théologique diocésaine qui aura lieu les 22 et 23 février ?
Abbé Laurent Bonhomme : Les participants de la prochaine session auront l’occasion de connaitre et de s’approprier les orientations pastorales. C’est le résultat de deux années de travail puisque nous avons commencé à réfléchir en octobre 2013. Il faut rappeler que cette session est ouverte à tous ceux qui souhaitent participer à la vie de l’Eglise diocésaine, que ce soit dans les paroisses, les mouvements ou les services.

Pourquoi des orientations pastorales ?
Comme son nom l’indique, ce document va orienter, guider l’action pastorale du diocèse pour les années à venir. Les orientations vont aider à soutenir l’action d’évangélisation. Le pape François dans son exhortation « La joie de l’Evangile » invite les diocèses, les paroisses, les communautés du monde entier à vivre une conversion pastorale. Cette conversion touche toutes nos propositions pastorales, tant dans les horaires de nos messes que la catéchèse, les préparations aux sacrements, l’accueil des plus pauvres, la liturgie, etc. L’accueil est primordial, aller vers les autres c’est déjà annoncer la Bonne Nouvelle du Christ ressuscité. Ce qui nous anime c’est une conviction majeure : l’Eglise n’existe que pour évangéliser.

Ce n’est pas nouveau…
Bien sûr que non, l’Eglise a toujours évangélisé. Elle l’a fait avec les moyens de son temps. D’ailleurs, aujourd’hui ce qui est proposé ce n’est pas une réforme de structures mais une conversion pastorale qui est d’abord personnelle. Chacun de nous peut témoigner de sa rencontre avec le Christ et ce que cela a changé dans sa vie. Paul VI disait que le monde avait plus besoin de témoins que de maitres ! Ma conversion personnelle va forcément amener du changement dans ma paroisse ou mon service… Avec cette communauté, nous formons le corps du Christ et le lien entre nous c’est la charité. Sans ce vécu, il n’y aura pas de lien, pas d’unité. C’est ainsi que la communauté peut véritablement accueillir. Nous souhaitons une Eglise non autocentrée, ce n’est pas une forteresse assiégée, elle est ouverte pour accueillir l’autre dans une communauté où personne n’est inconnu. Il ne s’agit pas non plus seulement d’amener les gens aux sacrements mais bien de les intégrer dans cette communauté où chaque membre reçoit un don spirituel qui sert l’unité et est donné pour l’ensemble du corps.
Les orientations pastorales vont nous permettre de vivre cette conversion et nous savons que cela prendra du temps.

Comment les chrétiens vont-ils s’approprier ces orientations ?
En les découvrant lors de la session, ils vont s’apercevoir que ce sont des outils pour l’évangélisation. Il n’y aura pas de grands topos théoriques pendant ces deux journées mais bien des ateliers, des espaces d’échange pour approfondir ces propositions et voir comment on peut les utiliser chez soi. Nous serons aidés par des animateurs qui ont déjà travaillé sur une même démarche diocésaine et qui animent un parcours créé pour les prêtres et les évêques de France. Il se déroule en ce moment dans la province de Toulouse (Cf. BC n° 1 du 6 janvier 2016).
Nous allons aborder la notion de vision pastorale ainsi que les cinq dynamiques sur lesquels elle repose. Ce sont : l’accueil et la fraternité ; la prière, la louange et l’adoration ; la croissance et le service.
La vision pastorale est la capacité d’une communauté paroissiale à se saisir du regard du Christ sur ceux avec qui elle vit. Elle se définit par l’adéquation entre ce que j’entreprends et ce que le Christ veut pour moi et pour les autres. Elle répond à la question où allons-nous ? Elle est globale. Elle est énoncée brièvement pour être comprise, reconnue par tous.

Les orientations sont une invitation à ne pas avoir peur de changer nos habitudes. Elles nous demandent d’être créatifs et de nous rappeler que notre première mission, comme celle de la paroisse, c’est l’annonce de l’Evangile.

Propos recueillis par JF Laparre

Bulletin catholique n° 2 du 20 janvier 2016

 

<< Go back to list