Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

Monsieur le chanoine Firmin Galabert

Monsieur le Chanoine Firmin Galabert

est né  le
25 Septembre 1848  à Arnac, commune de Varen.

En 1859 il entre au petit séminaire de Moissac et poursuit ses études à Montauban.

En octobre 1868, il entre au Grand séminaire.

Il a été ordonné prêtre le 21 décembre 1872.

 

  • Il est nommé vicaire à Caussade puis à Caylus le 30 juin 1874. C'est durant son mandat à Caylus qu'il prépara la cérémonie du couronnement de Notre-Dame de Livron en 1978.
  • Il nommé curé de Loze le 1er août 1878.

  • Il sera nommé curé d'Aucamville le 1er janvier 1881.

  • Le 15 novembre 1907 il est nommé curé-doyen de Monclar de Quercy.

  • Le 20 juillet 1909 il est nommé curé-doyen de Montpezat de Quercy.

  • Il est nommé chanoine honoraire le 6 juin 1917.

Membre de la "Société archéologique de Tarn-et-Garonne" il apporta de nombreuses contributions et en devint la président d'honneur.

Il est décédé le 4 novembre 1935.

La messe de sépulture a été célébrée le 7 novembre 1935 à Montpezat.

"Le souvenir de ce prêtre affable et modeste se perpétuera longtemps dans ce coin du Quercy, mais c'est surtout comme historien hors pair que la postérité gardera sa mémoire, et quiconque voudra étudier le passé de nos régions devra toujours consulter les travaux du chanoine Galabert"  bsatg

 

Bibliographie

- MONTPEZAT-DE-QUERCY. Sa collégiale, ses seigneurs. 1918
- « Un siècle de vie communale à Aucamville, d’après les comptes consulaires. 1346-1446 », Annales du Midi, t. 20, 1908, p. 310-322.
-
La ville de Caussade, ses vicomtes et ses barons, éd. Forestié, Firmin Galabert et Louis Boscus,  Montauban, 1908
-
Monographie d'Aucamville - 1890
-
L'Instruction dans la seconde moitié du XVe siècle à Caylus 1882
-
L'Église et les vitraux de Caylus
-
Les Coutumes de Lacapelle-Livron - 1898
- Réalville, bastide royale - 1898

En 1891, il termine le 4e volume des "Documents historiques sur le T § G" que François Moulenq malade ne pouvait mener à bien.

 

Sources :

  • Bulletin catholique du 7 novembre 1935

  • Bulletin de la société archéologique de Tarn et garonne