Aller à la page d'accueil. | Aller au contenu. | Aller à la navigation |

 
Document Actions

L'abbaye Saint-Pierre

Historique de l'Abbaye

La ville de Moissac, dans le département de Tarn-&-Garonne (France), doit surtout sa notoriété internationale au patrimoine artistique légué par l'ancienne abbaye bénédictine Saint-Pierre.

Une légende attribue sa fondation à Clovis mais l'histoire y reconnaît plus justement l'initiative, au milieu du VIIème siècle, de saint Didier, évêque de Cahors. Le monastère connaît des débuts difficiles, contrariés par les incursions des Maures et des Normands.

Un premier âge d'or, aux XIème et XIIème siècles, suit son affiliation, en 1047, à l'abbaye bourguignonne de Cluny dont elle accepte la célèbre Réforme sous l'impulsion de Dom Durand de Bredons, évêque de Toulouse en même temps qu'abbé de Moissac.

Cette grande époque connaît de grands abbés : Dom Hunaud de Gavarret, Dom Ansquitil qui érige le cloître, et le bienheureux Roger, à qui l'on doit la tour-porche et le fameux tympan.

Au XIIIème siècle, l'abbaye est dirigée par de grands abbés bâtisseurs, Raymond de Montpezat, puis Bertrand de Montaigu. Cette histoire nous est connue par la Chronique rédigée au XVème siècle par l'abbé Aymeric de Peyrac en son château de Saint-Nicolas de la Grave.

Le XVème siècle voit un nouvel âge d'or avec les abbés Pierre et Antoine de Caraman qui réalisent de grands travaux et, en particulier, la partie gothique de l'abbatiale.

La sécularisation de l'abbaye en 1626 sonne le départ des moines bénédictins qui seront restés près de mille ans à Moissac. Ils sont remplacés par les chanoines Augustins, sous le régime de la commende, avec des cardinaux célèbres comme Mazarin et de Brienne.

La vie monastique s'arrête sous la Révolution Française en 1793.
Au milieu du XIXème siècle, le cloître promis à la destruction pour le passage de la voie ferrée, est sauvée par son classement comme Monument Historique.

Ce patrimoine est aujourd'hui l'objet de soins attentifs car, au bout de sa longue histoire, si les bâtiments conventuels ont beaucoup souffert et si l'abbatiale est bien remaniée, il nous reste ce tympan, grand parmi les plus grands, et ce cloître, "le plus beau du monde" !